Bafouilles

Elle se trouve en face de moi, assise sur ce genre de mobilier de bureau que l’on a cru bon d’appeler « fauteuils ». Elle tient un livre en mains dont je n’arrive pas à discerner le titre ni l’auteur mais qu’importe, je ne sais pourquoi j’aime la regarder.

Elle semble s’isoler des autres personnes de la pièce, le regard perdu parmi cette absence totale de bruit, se pieds se balançant comme désireux de marquer une quelconque mesure afin de tromper l’ennui.

Un léger sourire quand cet enfant est venu s’asseoir à ses cotés, une tentative de communication s’engage un bref instant, une parole, de nouveau un sourire puis le silence.

L’enfant est reparti, sa mère en main. Elle reprend sa lecture, murmurant le phrases contenues en ses pages, un manière de combler ses silences.

La pluie cesse enfin, un petit goutte à goutte est perceptible à l’extérieur, sur le macadam vaporeux. Je continue toujours de la détailler. Un regard de jeune enfant posé sur un visage et un corps de femme, un idéal vient de naître en moi, je me surprend à réfléchir sur la valeur de mes sentiments face à cette vision.

Son visage semble soudain avoir changé, quelque chose peut avoir surgit dans ses pensées, son attitude évolue lentement pour devenir presque négative. Elle m’a l’air angoissé mais n’a pas l’air de vouloir en transparaître, de peur , je pense, d’avoir à afficher ses sentiments en public. Chaque nouvel arrivant attire son attention, un détour de visage, un sourire et la lecture de son ouvrage se fait plus intense.

Je ne sais combien de temps il me reste à attendre mais le simple fait de me retrouver en face d’elle suffit à justifier ma présence, le reste de ce qui m’entoure prend l’apparence d’un prétexte. Si seulement cette attention nous était commune…

Un appel. À présent, elle se lève, se prépare à entrer dans un de ces bureaux et je n’attends plus rien, mon regard se perd devant cette porte vitrée mais elle me tourne le dos.

Pourra t’elle tourner la tête, juste un instant, simplement pour me prouver que ces lignes ne furent pas écrites pour rien…

Laisser un commentaire




C'est facile! |
DIX MILLE METRES DE CIEL BLEU |
Ressentir la paix et la joi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | coppie
| INFINITY7
| olivierpourre